Notre vie privée sur Internet

Le 28 septembre dernier un vent de panique a soufflé sur le web à cause d’un bug de Facebook qui aurait permis la visibilité publique de données et conversations privées. Le spectre de Big Brother revient-il avec Facebook ? Vous allez me dire que c’est très souvent le cas avec l’informatique, que ce soit avec Microsoft et Google envers lesquels nous avons toujours été assez méfiants et que l’on accuse à tort ou à raison de manipuler nos données personnelles à des fins commerciales et surtout, sans notre consentement. Après tout, c’est bien Google qui dans sa charte de valeur proclame  » Don’t be evil » c’est qu’il se jure de ne pas être malveillant, comme si la tentation était trop grande. Et puis, tous ces services gratuits éveillent notre méfiance. Comme disait l’autre, si vous ne payez pas, c’est que vous n’est plus un consommateur mais un produit à vendre. D’ailleurs Facebook a bel et bien chiffré la valeur du produit que nous représentons. Précisément 4,39 dollars chacun, lors de l’introduction en bourse du fameux réseau social. Je dois dire que j’étais un peu déçu de valoir si peu.

Nous voyons bien que la question de la confiance est au coeur de la société de l’information et c’est bien normal car nous confions pour ainsi dire tout ou partie de notre vie aux réseaux informatiques

(suite…)

Continuer la lecture Notre vie privée sur Internet

Les nouvelles formes de solidarités pour et par le numérique

On vient de dépasser le 1 milliard d’abonnés sur Facebook, il y aurait  plus 2 milliards d’ordinateurs en circulation dans le monde et presqu’autant de téléphones portables que d’êtres humains.On peut donc considérer que la société de l’information est totalement mondiale et c’est d’ailleurs vrai. Pourtant, il y a des régions entières du monde et des milliards d’individus qui sont totalement absents de cette révolution numérique, tant au niveau de la connexion à Internet que de l’équipement informatique, et surtout des usages et des contenus qui en découlent. Cette fracture numérique, comme on l’appelle, s’ajoute et renforce souvent d’autres inégalités et crée ce que l’on peut appeler un véritable illettrisme numérique.

(suite…)

Continuer la lecture Les nouvelles formes de solidarités pour et par le numérique

Repenser l’éducation à l’heure numérique

Les rentrées scolaires et universitaires sont souvent l’occasion d’affirmer que notre système scolaire n’est plus adapté, qu’il fabrique des chômeurs, qu’il régresse et donc que son rang baisse systématiquement dans les classements internationaux. Peu de commentateurs soulignent que l’éducation est actuellement traversé d’un profond bouleversement avec l’introduction des technologies de l’information et de la communication. Sans doute par méconnaissance, de nombreux enseignants sont assez frileux voir hostiles à ce qu’on appelle l’éducation numérique, comme si on avait refusé d’utiliser les livres après des millénaires de transmission orale.

(suite…)

Continuer la lecture Repenser l’éducation à l’heure numérique

E-Waste : du gaspillage électronique au recyclage solidaire, quelle seconde vie pour nos téléphones et nos ordinateurs ?

Alors que les fans d’Apple passe la nuit dehors pour acquérir avec frénésie le dernier Iphone, des millions d’euros sont gaspillés chaque année dans l’envoi souvent illégal de milliers de tonnes de déchets électroniques en dehors de nos frontières. Près de deux milliards d’ordinateurs sont aujourd’hui en circulation dans le monde et il y aura bientôt sur terre presque autant de téléphones que d’êtres humains. Les nouveaux supports numériques ne se substituant pas exactement aux anciens, ils s’additionnent le plus souvent de façon vertigineuse. Il n’est ainsi pas rare de posséder un ordinateur fixe, un ordinateur portable, un téléphone fixe, un mobile (ou deux), une tablette tactile et l’ensemble des périphériques nécessaires à tous ces équipements électronique

Cette consommation effrénée est source d’un gaspillage d’un nouveau genre que l’on appelle e-waste ou gaspillage électronique  Entre l’obsolescence programmée des outils numériques et la véritable dictature du neuf imposé par le marketing et les offres subventionnées de matériel, les consommateurs ignorent bien souvent l’immense gâchis économique et écologique qui se cachent derrière les merveilles technologiques qu’ils utilisent.

(suite…)

Continuer la lecture E-Waste : du gaspillage électronique au recyclage solidaire, quelle seconde vie pour nos téléphones et nos ordinateurs ?

La consommation collaborative

Sans doute une des 10 idées qui vont révolutionner l’économie ! C’est pas moi qui le dit très sérieusement c’est le Time Magazine ! alors…ça vaut une petite explication. Commençons par les mots. Encore une avalanche de néologismes : covoiturage, couchsurfing, colunching, carpooling, crowdfunding; que se cache vraiment derrière « néologismoglophone »s ?

Et bien le concept totalement révolutionnaire du… partage ! Car si nous songeons que nous consommons actuellement plus de trois terres alors qu’une seule est disponible, il n’y a pas beaucoup de scnenarii possibles dans le futur. Soit nous nous battons pour partager (à 9 milliards d’individus en 2050 !!) des ressources qui ont plutôt tendance à se réduire (ou même) à se tarire, soit nous inventons de nouvelles manières de consommer, davantage basées sur l’usage que sur la propriété. C’est ce qu’on appelle l’économie de la fonctionnalité. Jacques Attali que j’écoutais en direct du LH Forum au Havre parle lui d’économie positive pour désigner ce mouvement, qui, à l’intérieur de nos sociétés capitalistes inventent de nouvelles formes d’échanges plus positives, donc.

(suite…)

Continuer la lecture La consommation collaborative

Coworking : travailler autrement

En cette rentrée ou le prix de l’essence fait la une de la presse, la question du télétravail

n’est quasiment jamais évoquée alors que cela constitue un levier particulièrement

intéressant pour réduire les déplacements liés à l’activité professionnelle.

Un internaute faisait remarquer la semaine dernière qu’avec 1300 euros / mois, il ne pouvait plus

supporter un budget de 400 euros de carburant mensuel et que les mesures du

gouvernement lui ferait économiser de quoi boire un café. Dans le même temps, la

conférence énergie-climat du Grand Lyon qui réunit des entreprises et des institutions

publiques estime que le potentiel le moins exploré mais le plus important pour réduire les

gaz à effets de serre dans l’agglomération est le non-transport.

(suite…)

Continuer la lecture Coworking : travailler autrement