éconum : décoder, comprendre, analyser et mettre à profit le meilleur des innovations numériques

Monthly Archives: novembre 2012

Apprendre en jouant : les serious game

30 novembre 2012

Dans cette expression des « serious game », le sens commun pourrait voir une contradiction apparente : est-il bien raisonnable de faire des jeux sérieux ? Qu’est-ce que c’est qu’un jeu sérieux et pour quoi les éditeurs de jeux vidéos ont-il inventé une chose aussi sérieuse voire aussi saugrenue ? Pour être précis, on peut classer les serious game par opposition à ce que les anglo-saxons appelle « entertainment games », ou jeux de loisirs. Les jeux vidéos que l’on connaît se classent dans cette catégorie. On joue pour se distraire. Et bien les serious game partent tout simplement du principe que jouer est sans doute le meilleur moyen d’apprendre.

Lire la suite

La génération Y est-elle digital native ?

23 novembre 2012

Drôle de question en effet avec encore des néologismes et anglicismes au menu et avec dans la même question deux notions sans doute peu connues que j’aimerai bien rapprocher dans ce billet, tant  l’ADN de cette fameuse génération Y me semble lié aux technologies numériques. Pour bien comprendre, qui fait partie de cette génération Y et qui sont les digital natives ? Et bien ce sont à peu près les mêmes. Selon Marc Prensky, qui a utilisé en premier l’expression « digital natives », les natifs du digital sont ceux qui sont nés avec le numérique et la génération Y, notion un peu plus large, concerne ceux qui sont nés entre 1980 et 1989. On ne sait d’ailleurs pas vraiment pourquoi on les appelle Y. Certains affirment que le Y fait référence aux deux fils des écouteurs de leur Ipod qui dessinent un Y autour de leur cou, soit encore parceque Y se prononce Why en anglais et que cette génération est une génération en quête de sens, la génération Why, la génération pourquoi ?

Lire la suite

Le numérique est-il addictif ?

16 novembre 2012

Et bien selon moi c’est non, car  Internet est me semble t-il plutôt un nouveau support de nos addictions qu’une nouvelle addiction en tant que telle. Et pour bien comprendre où se situe le problème addictif, il faut prendre conscience que vivons avec Internet dans un véritable univers parrallèle, une seconde vie comme le proclamait le célèbre réseau second life. Pour illustrer cette réalité bien tangible, je citerai la formule du Professeur Guy Almes, spécialiste des addictions numériques et qui nous dit de façon un peu provocatrice, qu’ il y aurait 3 formes de mort, la mort cardiaque, la mort cérébrale et la déconnexion du réseau. C’est sous cet angle qu’il est à mon avis plus facile de comprendre les phénomènes addictifs des outils de connectivité car selon les psychanalystes, aucune technologie ne porte en elle-même d’effet addictogène, l’addiction étant plutôt liée à d’autres facteurs complexes, déjà présents chez les sujets : environnement familial, contexte social, situation psychologique.

Lire la suite

Open data : libérons les données !

2 novembre 2012

Dans un précédent billet j’ai évoqué la question de l’utilisation de nos données personnelles dans le monde numérique et des risques que cela faisait peser sur la protection de nos vies privées. Et bien aujourd’hui, nous allons plutôt envisager le côté positif de l’utilisation des données avec le grand mouvement de l’open data, que l’on traduit en français données ouvertes, mouvement de libéralisation des données publiques qui a le vent en poupe actuellement en France et dans le monde. En effet, ce mouvement propose la mise à disposition gratuite et transparente d’un ensemble de données publiques qui permet la création de nouveaux services publics, stimule l’activité  économique et renforce la démocratie.

Lire la suite